logoArcheoplus

Montcherand (VD)

A l’ouest de la ville d’Orbe, le village de Montcherand est perché sur une colline, autour d’une église médiévale. Cette église abrite l’une des plus anciennes fresques visible en Suisse datant de l’époque romane.
carte

Canton: Vaud

Coordonnées nationales: 529'039, 176'203

Fichiers Google Earth:

OpenStreetMap: https://www.openstreetmap.org/#map=16/46.7339/6.5127

Documentation

Bibliographie

  • Berger Ric, Le Nord vaudois (voir Bibliographie), pp. 167-171
  • Keckeis Bastien, Itinéraire sacré: Au pied du Jura, de Bienne à Bonmont (voir Bibliographie), pp. 94-95
  • Meier Hans rudolf, Suisse romane (voir Bibliographie), p. 269
  • Ramelet Pierre, L'énigme des peintures murales de l'église de Montcherand (extrait de la Revue historique vaudoise 1986), La restauration complémentaire des peintures murales de l'église de Montcherand (extrait de la Revue historique vaudoise 1994), 2002, 92 p.

Liens

Autres sites visibles dans la région

  • Ballaigues (VD): voie à ornières
  • Orbe (VD): villa romaine (mosaïques), ville médiévale (château, église, remparts), musée
  • Romainmôtier (VD): abbatiale romane, bas fourneaux
  • Vallorbe (VD): musée
  • Vuiteboeuf (VD): château, tour médiévale
  • Yverdon-les-Bains (VD): menhirs, castrum romain, ville médiévale (château, musée)

L'église Saint-Étienne

Durant le Moyen-Âge, Montcherand se trouvait au croisement de trois routes de pèlerinage : celle de Saint-Jacques-de-Compostelle ; la Via Francigena, reliant Canterbury à Rome ; la troisième route fait partie du réseau des sites clunisiens. En effet, un prieuré clunisien est construit au XIème sur les ruines d'une chapelle construite au Xème siècle. Ce prieuré dépendait du prieuré de Baulmes (VD), puis depuis le XIIème siècle, du monastère de Payerne (VD).

La peinture murale du choeur est réalisée au cours du XIIème siècle. Cette fresque est visible jusqu’en 1536, lorsque la Réforme protestante remplace le catholicisme dans la région. Une fenêtre est percée dans l’abside et du badigeon blanc recouvre l’ensemble de la peinture murale. La fresque est dégagée en 1902, et elle est restaurée en 1903, puis en 1970-1971. Une dernière restauration en 1991-1992 lui donne son aspect actuel.

La partie supérieure de la peinture murale représente le Christ en majesté, entouré des quatre animaux des évangélistes. La figure du Christ est très fragmentaire, et le seul animal encore visible est le taureau ailé de Luc, en bas à droite des pieds du Christ. La partie inférieure montre le collège des douze apôtres, dont Mathias et Paul, ainsi qu’un personnage central non conservé (le Christ? la Vierge? Madeleine?). Six apôtres sont encore conservés avec leurs noms dans la partie de droite, et quatre sont partiellement visibles dans la partie de gauche.

Coordonnées nationales: 529'068, 176'133